ACTIONARIA 2010 LE SALON DE LA BOURSE ET DES PRODUITS FINANCIERS

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

INFOS NEWS • JUILLET 2010

ACTIONARIA

LE SALON DE LA BOURSE ET DES PRODUITS FINANCIERS

Contact presse : Agence Cathy BURG

Tél 01 46 03 55 01 • E-mail : cburg@cathyburg.com

Où et quand ?

• Vendredi 19 & Samedi 20 novembre 2010 - 9h30 à 19h00

• Palais des Congrès de Paris

2, place de la Porte Maillot - 75017 Paris

Combien ?

• 10 Euros pour les 2 jours

Tout savoir en quelques clics ? ? www.actionaria.com

>> Pleins feux sur la pédagogie… Pour tous les niveaux de culture boursière !

Haro sur les « a priori » autour de la Bourse ! Cap vers une plus grande pédagogie tout public lors de la 13e édition d’ACTIONARIA, les 19 & 20 novembre 2010, au Palais des Congrès, pour réhabiliter l’investissement en actions sous toutes ses facettes. Un enjeu majeur pour la bonne santé des entreprises et l’économie française !

La perception de la Bourse est souvent biaisée comme le montre la dernière étude OpinionWay (novembre 2009) sur l’image de la Bourse et de l’investissement en actions des moins de 45 ans. Il en ressort notamment chez les jeunes un certain nombre d’« a priori » : la vision d’un capitalisme plutôt financier qu’entrepreneurial, d’un monde réservé aux initiés, l’idée d’un marché mené par une spéculation à court terme, d’un univers complexe et très risqué pour l’investisseur individuel…

C’est pourquoi ACTIONARIA, le salon annuel référence des investisseurs individuels, aguerris et novices, a décidé d’accentuer encore plus les outils pédagogiques de sa 13e édition pour :

> CONTINUER A ACCOMPAGNER les mordus de la Bourse dans leur stratégie et leur quête d’informations à la source…

> ET SURTOUT RECONQUERIR un public quelque peu perdu entre les effets « yoyo » du CAC 40, la financiarisation excessive des marchés révélée par la crise qu’elle a créée, les « affaires » qui ont encore alimenté l’actualité, la perspective encore fragile d’une longue sortie de crise…

> DECRYPTER l’univers de la Bourse souvent perçu comme obscur,

> CONSEILLER les débutants sur les stratégies à adopter en fonction de leur profil,

> PRESENTER l’éventail des investissements possibles selon le capital, le niveau de tolérance aux risques, les objectifs du particulier…

> EXPLIQUER le processus et les avantages de l’investissement long terme, de la diversification d’un portefeuille, de l’intérêt des valeurs moyennes…

> Informations & échanges en direct en toute transparence !

Interface annuelle unique entre investisseurs individuels, sociétés cotées et intermédiaires financiers, ACTIONARIA 2010 constituera à nouveau la plus importante vitrine interactive de la Bourse et des produits financiers. Il mettra en exergue une offre exhaustive de tous les supports d’investissements en actions, de services en ligne, de professionnels de la gestion et de l’analyse technique. Pour la première fois, un Espace SICAV & FCP sera proposé en plus des 5 espaces thématiques d’exposition traditionnels pour permettre aux visiteurs de recueillir encore davantage d’informations à la source sur l’ensemble des produits financiers.

Les patrons du CAC 40 et des valeurs moyennes seront à nouveau très impliqués lors d’ACTIONARIA 2010 pour communiquer en direct aux visiteurs des informations sur leur société ou groupe, leurs résultats, leurs perspectives d’évolution, etc, dans le cadre de Grands Débats, de l’Agora des Présidents ou de Réunions d’Actionnaires. Preuve de leur volonté de multiplier les actes de transparence vis-à-vis de leurs actionnaires actifs ou potentiels, à une période où la gouvernance d’entreprise est au coeur des préoccupations de ces derniers.

> Nouveautés 2010 : deux animations « Fil rouge »

En complément du riche programme événementiel didactique proposé chaque année, deux nouvelles animations « Fil rouge » verront le jour, sous la forme d’un plateau ouvert à tous, où les meilleurs experts du moment défileront tout au long des deux jours d’ACTIONARIA.

LA BOURSE, MODE D’EMPLOI

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la Bourse sans jamais oser le demander.

En avant première, Charles-Henri d’AUVIGNY, Délégué Général Institut Pro-Actions donne son point de vue sur les différents thèmes qui seront abordés dans ce fil rouge :

La Bourse, à quoi ça sert ?

La Bourse est l’un des principaux endroits où les entreprises peuvent trouver des capitaux pour assurer leur financement. Sa fonction première est donc d’assurer le développement des entreprises en offrant un marché transparent, avec une offre et une demande, pour permettre aux investisseurs de rentrer ou de sortir quand ils le souhaitent. En accueillant des financements domestiques et étrangers, la Bourse participe à la vie économique de la France.

La Bourse est-elle accessible à tous ? Peut-on se lancer seul en Bourse ?

Sur le principe oui, la Bourse est accessible à tous, sauf qu’il est préférable de savoir comment fonctionne une entreprise avant de se lancer. Il est aussi important de connaître le fonctionnement des marchés financiers. La Bourse n’est pas un casino ; on investit dans des entreprises qui vivent dans un environnement concurrentiel. Il faut donc les connaître, apprécier leur marché, avoir des notions comptables… On peut se lancer seul en Bourse si on est (ou si on se juge être) assez informé sur le sujet. Ce qui n’est pas le cas d’une grande majorité des Français. D’après l’étude OpinionWay pour l’Institut Pro-Actions, s’ils ont des réticences à investir en Bourse, c’est notamment par peur de l’inconnu et donc d’une méconnaissance du fonctionnement des entreprises et de la Bourse.

Que faut-il savoir pour se lancer en Bourse ? La maîtrise du risque : les règles fondamentales.

Il faut surtout avoir en tête la notion de risque. En effet, lorsqu’on investit en Bourse, on peut perdre ou gagner de l’argent. En reprenant l’étude réalisée par OpinionWay pour l’Institut Pro-Actions, on constate que si beaucoup de Français ne souhaitent pas acheter des actions c’est parce qu’ils ont une forte aversion du risque. Cependant, qui dit risque dit gain potentiel. Et ces gains sont généralement supérieurs à une épargne régulée ou sur livret.

Quand commencer à investir en Bourse ? La Bourse est-elle faite pour les jeunes ? Combien faut-il pour démarrer en Bourse ?

On peut commencer à investir en Bourse dès son plus âge, du moment que l’on s’intéresse à l’économie. Il est possible de débuter avec 1000 euros si l’on sait, dès le départ, diversifier son épargne. Il faut prendre en compte ses objectifs et différentes formes d’épargne. Il me semble important de se faire conseiller pour bien choisir entre l’immobilier, le marché des actions ou les obligations.

Comment investir en Bourse ?

Les courtiers en ligne et les réseaux bancaires existent pour les clients qui gèrent seuls leurs transactions. Sinon, il est possible de confier son épargne à un gérant de portefeuille afin qu’il la fasse fructifier. Cette deuxième possibilité est fondée sur la confiance que l’on a vis-à-vis du gérant [et cela coûte de l’argent].

Le b.a.-ba de la Bourse ?

Quand on investit en Bourse, un niveau de risque (évoqué précédemment) se développe. De plus, en investissant dans une entreprise, on achète des produits, des hommes… Ce sont eux qui réalisent le développement de l’entreprise. Et en tant qu’investisseur, on participe au développement économique de son propre pays.

La Bourse est-elle encore faite pour les particuliers ?

Les particuliers ont vécu trois crises au cours de ces dix dernières années : Internet, les subprimes et les dettes souveraines. Cela ne facilite pas leur appétence pour la Bourse. Pour que les particuliers restent/reviennent dans l’investissement actions sous toutes ses formes (en direct, OPCVM ou assurance-vie), il faudrait que l’ensemble des acteurs se mobilise et tienne un discours commun. Ce discours se doit d’être factuel et pédagogique.

La Bourse peut-elle contribuer à préparer sa retraite ?

Oui, la Bourse peut contribuer à préparer sa retraite, mais cependant il faut savoir dès le départ diversifier son épargne.

Quelle régulation pour quel capitalisme ? Entrepreneurial ou financier ?

Les deux en général. Le capitalisme financier doit reposer sur une réalité. La finance doit être au service des entreprises pour leur développement.

LE MIDCAPS FORUM

Toutes les idées fausses (mais tenaces) sur les valeurs moyennes.

En avant première, Pascal IMBERT, Président de MiddleNext et Président du Directoire de Solucom donne son point de vue sur les différents thèmes qui seront abordés dans ce fil rouge :

Investir sur les valeurs moyennes est-il compliqué ?

Pas plus qu’investir sur une valeur du CAC 40 ! Tous les intermédiaires financiers, tous les courtiers en ligne savent prendre en charge des ordres d’achat ou de vente sur n’importe quelle valeur moyenne. Et la gestion d’une ligne relative à une valeur moyenne dans votre portefeuille est tout à fait identique à celle d’une grande valeur : courtage, perception des dividendes, plus-values, régime fiscal… Seule différence : l’univers des valeurs moyennes est beaucoup plus riche que celui des grandes valeurs. Choisir peut donc être plus difficile. Mais c’est aussi un avantage : les valeurs moyennes permettent d’investir dans des niches de marché ou des métiers pointus qui ne sont couverts par aucune entreprise du CAC 40.

Que peut-on attendre vraiment des valeurs moyennes ? A long terme, les valeurs moyennes performent-elles moins que le CAC 40 ?

C’est tout l’inverse ! Les études montrent que, sur le long terme, la performance des valeurs moyennes est supérieure à celle des grandes valeurs. La progression de leurs cours est plus rapide, avec un écart qui peut représenter jusqu’à 2 à 3 points par an. La contrepartie de cette surperformance est, il est vrai, une volatilité plus importante.

Les valeurs moyennes sont-elles plus risquées que les grandes ? Est-ce qu’elles ne vont pas sortir plus difficilement de la crise ?

De plus petite taille que les entreprises du CAC 40, les valeurs moyennes peuvent subir les retournements de conjoncture avec plus de force. Mais ce sont en même temps des entreprises qui sont souvent gérées avec plus de prudence et recourent moins volontiers à des effets de levier financiers. Elles sont plus agiles pour réagir dans les périodes difficiles et pour capter les mouvements de reprise. On trouve ainsi dans les valeurs moyennes beaucoup d’entreprises familiales, dont la résistance en période de crise et la performance sur longue période ne sont plus à démontrer.

Le manque de liquidité des valeurs moyennes est-il une réalité ? Ne souffrent-elles pas d’un marché trop étroit ?

Les valeurs moyennes ont effectivement une liquidité moins importante que les entreprises du CAC 40. Mais, sauf dans des cas extrêmes, ce manque de liquidité représente rarement un obstacle pour un actionnaire individuel, compte tenu des montants investis. Il est à noter que beaucoup de valeurs moyennes ont mis en place des contrats de liquidité afin d’augmenter la fluidité des transactions sur leur titre et de réduire la volatilité de leur cours.

En matière de gouvernance, les Midcaps ont-elles un train de retard sur les grandes ?

Comme les grandes valeurs, les Midcaps travaillent beaucoup sur le renforcement de leurs règles de gouvernance. Un code de gouvernance spécifique aux valeurs moyennes a ainsi été élaboré en 2009 par MiddleNext, l’association des valeurs moyennes. Il a été approuvé par l’AMF et de plus en plus de Midcaps ont choisi de s’y référer. Ce code est une véritable synthèse des meilleures pratiques de gouvernance, tout en prenant en compte certaines spécificités des valeurs moyennes. Un exemple de ces spécificités : beaucoup de valeurs moyennes sont contrôlées par un bloc majoritaire. Par voie de conséquence, leur principal enjeu en matière de gouvernance concerne la bonne information et la protection des actionnaires minoritaires, un enjeu que le code MiddleNext met particulièrement en avant. Le sujet de la gouvernance des valeurs moyennes mérite une remarque complémentaire. A l’inverse de ce que l’on peut observer au sein des valeurs du CAC 40, beaucoup de dirigeants de valeurs moyennes détiennent une part importante du capital de leur société. Il y a donc une convergence naturelle et puissante entre l’intérêt de ces dirigeants et celui des actionnaires.

L’information sur les valeurs moyennes est-elle accessible ?

Toutes les valeurs moyennes sont dotées d’un site Internet qui présente l’ensemble de leurs informations financières. Cette disposition est obligatoire. En outre, de nombreux courtiers en ligne ou sites spécialisés fournissent une information très complète sur chaque valeur, tandis que la presse financière met souvent en avant des rubriques « Midcaps ». Donc, les données ne manquent pas ! A vrai dire, il est même souvent plus aisé de comprendre l’activité, la stratégie et l’actualité d’une valeur moyenne que dans le cas d’une grande valeur. En effet, leur « business model » est plus simple, parce que combinant moins de métiers, tandis que leurs marchés, moins larges, sont plus faciles à appréhender.

Les valeurs moyennes traitent-elles leurs actionnaires individuels aussi bien que les grandes ?

Venez rencontrer les valeurs moyennes présentes à ACTIONARIA : vous serez conquis par l’accessibilité de leurs dirigeants et par l’accueil qui vous sera réservé !

> Livre Blanc pour la Promotion de l’Actionnariat Individuel et Salarié

Toujours dans l’objectif de promouvoir l’investissement en actions auprès des particuliers, ACTIONARIA poursuit sa démarche initiée en 2009 avec la publication d’un livre blanc, en partenariat avec EURO RSCG C&O, dont l’enjeu majeur est :

> FAIRE AIMER l’investissement en actions aux Français ;

> FAIRE CONSIDERER l’actionnaire individuel comme un partenaire par les sociétés cotées ;

> FAIRE de l’actionnaire individuel un acteur à part entière de la Place.

ACTIONARIA continuera de sensibiliser les pouvoirs publics et les acteurs de la Place à la mise en oeuvre d’actions concrètes pédagogie, réglementation, fiabilité et gouvernance pour réconcilier les Français avec l’investissement en actions et développer leur culture boursière.

Dans un climat où règne l’incertitude sur tous les fronts, la PEDAGOGIE, le DIALOGUE et la TRANSPARENCE sont les indispensables clés d’un retour à l’action. ACTIONARIA en a fait son fer de lance depuis sa création. Sa 13e édition constituera plus que jamais un trait d’union indispensable entre investisseurs individuels et acteurs boursiers, un formidable vivier d’informations & de repères pour les aguerris ainsi qu’un formidable tremplin pour tous ceux qui souhaitent investir bourse sans savoir vraiment comment s’y prendre !

> L’interactivité d’abord !

Chaque année, ACTIONARIA est un salon très attendu car c’est le rendez-vous privilégié entre investisseurs individuels, sociétés cotées et intermédiaires financiers sous le signe du dialogue et de la pédagogie.

Une approche humaine

150 exposants à l’écoute des visiteurs pour les guider dans leurs choix d’investissement :

Espace Grandes Caps

Indice CAC 40 et SBF 120…

Espace Smal & Midcaps

Compartiments B et C de l’Eurolist, Alternext et Marché Libre…

Espace SICAV & FCP News 2010

SICAV, FCP actions et obligataires, FIP…

Espace Gestion & Conseils

Sociétés de gestion, Banques privées…

Espace Bourse en Ligne

Courtiers en ligne, warrants, certificats, trackers…

Diffuseurs d’information financière, sites de conseils boursiers…

Espace Analyse Technique & Technologies de Trading

Logiciels et méthodes…

Une approche didactique

Bien des experts, des patrons du CAC 40 et des valeurs moyennes mobilisés pour guider les investisseurs individuels dans leurs choix de valeurs, stratégies boursières, méthodologies…

Grands débats d’ACTIONARIA

Agora des Présidents

Réunions d’Actionnaires

Fil rouge « La Bourse, mode d’emploi » News 2010

Fil rouge « Midcaps forum » News 2010

Ateliers d’Analyse Technique

7e Grand Prix de l’Actionnariat Salarié

Ateliers de l’Ecole de la Bourse

Chiffres express 13e édition

> 8 grands débats sur l’actualité boursière

> 110 conférences et débats

> 150 exposants

> 10 000 m2 de surface d’exposition

> 35 000 visiteurs attendus

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »